Actions des centres de formation

La santé publique en IFSI

PROJET DE L'IFSI DE NANTERRE


 Le Code de la santé publique décrit le rôle infirmier en santé publique: « [...] L 'infirmier propose des actions de santé publique, les organise ou y participe dans les domaines suivants: formation, prévention et dépistage [...] participation à des actions de santé publique [...]».

Dans le cadre de l'enseignement de la santé publique à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) de Nanterre, les étudiants ont mis en place leurs propres outils d'apprentissage. Il a semblé important que les étudiants puissent travailler sur le concept même de la santé publique. Un cadre bien défini leur a permis de développer leur capacité d'agir, seul-e ou avec un groupe. Un stage professionnel en santé publique leur a donné l'occasion d'expérimenter une diversité de situations d'apprentissage pour agir simultanément sur trois pôles: le «savoir agir», le «vouloir agir» et le «pouvoir agir», au sens de Le Boterf[1], pour développer des compétences chez l'étudiant-e. Des capacités individuelles mais aussi collectives sont attendues.

Perspective pédagogique centrée sur l'apprenant

En première année, afin de donner du sens au concept de santé publique, les étudiants ont élaboré, ce que nous appelons en pédagogie, un schéma structurant[2] en déterminant les attributs (les éléments) dont avait besoin la santé publique pour exister (sociologie, épidémiologie, anthropologie....).

Mme Britt-Mari Barth considère trois types de confusion à l'origine des fausses conceptions des apprenant-e-s : Confusion entre le mot et le sens ; entre l'essentiel et l'accessoire; dans le mode de raisonnement. Elle propose de réaliser un projet co-constructif du savoir et de la pensée par l'élaboration du modèle opératoire d'un concept (du schéma structurant). Partir d'une situation de promotion de la santé,  par exemple, pour aller chercher des attributs qui définiront le concept clé permet à l'apprenant-e de mieux comprendre la véritable signification d'une notion. Les modes de pensée transversaux sont les outils intellectuels qui favorisent cette construction de savoirs.

Bien sûr, l'exhaustivité n'existe pas et ce schéma structurant évolue avec les pratiques de terrain, des lectures, des échanges. C'est à partir de  cette richesse que nous devons faire émerger leur représentation pour les conduire aux définitions dans une perspective scientifique.

Le centre de documentation (CDI) est un élément essentiel dans la pédagogie active. C'est un lieu de savoirs, d'échanges, de confrontation d'idées et d'apprentissage. C'est dans cette certitude que notre collaboration avec la documentaliste n'a cessé de s'accroître. Les étudiant-e-s ne sont pas les seul-e-s à en tirer un bénéfice, également le formateur-trice qui s'investit dans cette collaboration efficiente.

 

Mme Chantal Muszynski


Consulter le schéma structurant en cliquant ici

 

Fonctions pédagogiques du CDI

La formation des élèves à la recherche documentaire commence d'ailleurs par une présentation des outils d'apprentissage. Le-la documentaliste organise l'acquisition progressive et explicite des compétences documentaires et linguistiques, donne des repères en termes de compétences acquises ou requises. Il-elle contribue à la mise en œuvre des dispositifs transversaux et des activités pluridisciplinaires dans lesquels les compétences documentaires sont largement exercées dans le projet pédagogique de l'établissement. Les acquisitions méthodologiques nées d'une familiarité avec les banques de données et les supports d'information permettent de faire adopter par les élèves l'habitude la plus pertinente, compte tenu des objectifs fixés et des ressources accessibles. Dans ce projet, les étudiants ayant produit une matière linguistique, il leur a été proposé, avec le soutien d'une journaliste professionnelle (Sophie Bocart de Nanterre Infos à rédigé un GLOSSAIRE) de reformuler les attributs pour produire des articles sur la santé publique en général. Deux types d'approches sont possibles : la médiation technologique des savoirs et la co-formation des savoirs avec une prise en charge de son propre parcours de formation. Elles ont été toutes deux utilisées dans ce projet, de manière à proposer une méthode interactive socio- constructiviste. L'étudiant-e utilise ici l'usage de logiciel, de l'Internet pour construire, créer et formaliser des savoirs sous la forme d'article, en lien avec la communication, leur TFE, la santé publique, l'éducation du patient et la meta cognition. Ils ont ainsi développé des compétences méthodologiques, techniques dans un contexte de soins infirmiers

 

Christine Paillard, documentaliste

 

Les étudiants ont signé :
Mélany BOUNET Chantal BOHER Christelle AMOROS
Jenyfer LOSANGE Houria BEN ABDELKADER Nassima MSIRI
Albane ECOCHARD Loubna BAJGUAR Laura PRECART
Coralie GAUVAIN Maly TRUONG Lydie SAINT-LOUIS
Cathy DOS SANTOS
Charline DANGUY Julie SOIZEAU
Judith RAVILLON Céline DELAGE
Arnaud CHARTIER
Luzayadio NSONGO
Corinne BOURG
Aurore HASLE
Maryline MOSSEYamina NASRI
BOURDAIS Swann
Héloïse GUIONIEFrançois-Xavier COLEAU Yasira HACHMI
Nicolas LE BIAN
Naïma TABIH
 Lila BOUDIAF
Fatima KOUROUT Ilham MEKROUSJennifer DUONG
Noura FASSA Lucie LEBLANC
Aurélie VADIUS
 Nassera NOURSAID épse DELVAL Sonia PINTOApovo Fiona
Morgane Cretin  Charlène BatukuemiSylvie TORRES
 Noémie LeurquinZoulha DJAANFARICécilia DE BRACO
Ameur SEGHIRI



PROJET DE L'IFSI D'ETAMPES

Découvrez le projet de formation de cet IFSI où l'équipe de formateurs en partenariat avec les étudiants organisent un stage au BENIN, riche d'expériences.





PROJET CLIQUEZ ICI

[1] LE BOTERF, Guy. Construire les compétences individuelles et collectives, Paris, Éditions d'organisation, 2000

[2]  BARTH Britt- Mari, 1993.Le savoir en construction. Tournai : Ed. Retz. Coll. Forum éducation, culture. 2008